Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez que nous utilisions des cookies.

 

En savoir plus sur les cookies

Fermer
Fermer
Fermer
KDemaerschalk_Ypres.jpg

Un top 10 pour le Citroën Belux Junior Team

Au cours de cette édition particulièrement animée du Rallye d'Ypres, les pilotes du Citroën Belux Junior Team n’ont pas nécessairement été servis par la chance, la réussite se refusant à eux dans le Westhoek. Dès vendredi soir, Guillaume Dilley devait jeter le gant.

Très retardé par une crevaison dans la première spéciale, Kevin Demaerschalk a ensuite signé de très bons chronos, effectuant une spectaculaire remontée qui s’est terminée au 9e rang final.

Épreuve figurant parmi les plus populaires et les plus relevées du calendrier belge et international, le Rallye d’Ypres a tenu ses promesses, prouvant qu’il demeure un exercice de longue haleine et éprouvant à la fois pour les équipages et les mécaniques. Avant le départ, l’objectif premier des deux pilotes du Citroën Belux Junior Team était d’éviter toute erreur ou crevaison. Pour Kevin Demaerschalk, la course ne pouvait plus mal débuter.

"Une crevaison après quelques kilomètres dans la première spéciale, celle de Dikkebus," regrettait le jeune pilote de Hoeilaart. "Visiblement, il y avait quelque chose dans la corde d’un virage à droite que je pensais anodin. Avec encore dix kilomètres à parcourir, il fallait remplacer la roue. Si nous avons été très rapides avec Bram pour changer la roue, nous avons perdu beaucoup de temps pour remettre en place dans le coffre la roue crevée. En effet, le pneu était partiellement sorti de la jante et la roue occupait donc trop de place : impossible de refermer le hayon… Deux minutes de plus se sont ainsi envolées."

Poursuivant la journée en signant de bons chronos, Kevin terminait la première étape au 25e rang provisoire. Pour Guillaume Dilley, le rallye était malheureusement déjà terminé. "Nous suivions parfaitement notre tableau de marche. Nous avions clairement la volonté de faire une première journée assez prudente," reconnaissait Guillaume. "En adoptant un bon rythme, et sans prendre le moindre risque, nous étions aisément dans le top 10. Avec dans l’idée que la course allait vraiment débuter et se décanter le samedi. Malheureusement, nous avons eu une alerte au niveau du moteur. Et même si nous nous sommes tout de suite arrêtés, l’abandon était irrémédiable. Dommage, mais c’est la dure loi des sports mécaniques." 

Composée de dix spéciales, la deuxième étape du Rallye d’Ypres permettait à Kevin Demaerschalk d’enchaîner les bons temps et les kilomètres tout en ne cessant de remonter au classement général : "Après avoir perdu autant de temps dès le début du rallye, l’enjeu n’était évidemment plus le même, mais j’ai pris du plaisir et surtout de l’expérience au volant de la DS 3 R5. Pendant la journée, nous en avons évidemment profité pour continuer à travailler sur les réglages et poursuivre notre compréhension de la DS 3. Le plus important était donc d’être à l’arrivée. Ce que nous avons fait sans rencontrer le moindre problème. Nous avons signé quelques bons chronos, même au plus fort de la bagarre en tête. Je peux donc être satisfait de mon rallye. Dommage cette crevaison…"

Les DS 3 R5 ont animé la manche belge du Championnat d'Europe des Rallyes. Notamment celle confiée à Stéphane Lefebvre, pilote Citroën Racing, et Xavier Portier. Samedi matin, le duo franco-belge réalisait l'exploit de signer les 6 premiers meilleurs temps, qui s'ajoutaient aux 2 déjà réalisés la veille malgré une position de départ peu favorable. Et alors qu'il se préparait à prendre la tête du rallye, le Nordiste était contraint d'en rester là dans le quatorzième chrono. Cette performance valait néanmoins à Stéphane Lefebvre le Colin McRae Flat Out Trophy.

"Nos pilotes n’ont vraiment pas eu de chance sur cette épreuve," notait Anouk van Vliet, Directrice Communication de Citroën Belux. "Retenons toutefois que les DS 3 R5 ont montré une fois encore leur compétitivité, menant le rallye et signant de nombreux meilleurs temps. Stéphane Lefebvre s’est longtemps battu pour la victoire avant de devoir jeter le gant, comme Guillaume. Après sa crevaison qui lui a coûté plusieurs minutes, Kevin a livré une très belle prestation qui lui a permis de revenir au 9e rang. Mais la réussite n’était pas du côté des DS 3 R5 et du Citroën Belux Junior Team à Ypres."   

Top