[cle1: REDIRECTION_DANS Lang:FR] [cle1: SECONDES Lang:FR]
Fermer
Fermer
Fermer
race02

Kevin Demaerschalk impatient de s’exprimer dans le Westhoek

Restant sur une belle cinquième place lors du Rallye de Wallonie, Kevin Demaerschalk et Bram Eelbode se préparent à disputer ce week-end le Rallye d’Ypres, point d’orgue de la saison en Championnat de Belgique des Rallyes. Une épreuve comptant aussi pour le British Rally Championship et la série Tour European Rally.  


Ce dimanche, Kevin Demaerschalk a repris le contact avec la DS 3 R5 du team J-Motorsport sur la base d’essais d’Alveringem, proposant un parcours représentatif du tracé de la classique flandrienne. « C’était bien utile car je n’avais plus roulé depuis l’arrivée du Rallye de Wallonie. Ce week-end, je disposerai de la deuxième voiture du team, identique à celle dont je disposais à Spa et à Namur au niveau des évolutions », explique le jeune pilote défendant les couleurs de Citroën Belux. « Le set-up de base était déjà très bon. Nous avons encore un peu travaillé au niveau des différentiels et cela a porté ses fruits. »

Une épreuve à part

Par le passé, Kevin Demaerschalk a déjà brillé au Rallye d’Ypres. En 2014, il remportait avec brio le classement Junior ainsi que les catégories 2 roues motrices et R2. « Un excellent souvenir évidemment, d’autant plus que nous avons battu à voiture égale Stéphane Lefebvre, qui est devenu cette année-là champion d’Europe et du Monde Junior », enchaîne le jeune pilote de Hoeilaart. «  Cette année, il est difficile de prévoir où nous pourrons nous situer. J’espère être bien placé dans le peloton lancé à la poursuite de Thierry Neuville. Mes références principales seront cependant les concurrents habituels du Championnat de Belgique. » 

Avec pas moins de 35 voitures de la catégorie R5 au départ, les places seront chères. Kevin Demaerschalk connaît parfaitement la recette pour signer un beau résultat à Ypres. « Reste à pouvoir l’appliquer évidemment. À Ypres, il est essentiel d’éviter les problèmes : il ne faut pas commettre d’erreur et il ne faut pas crever…. Ce que j’ai fait l’an dernier dès la première spéciale. Après avoir perdu quatre minutes, la course n’était évidemment plus la même. Malgré tout, nous avons signé quelques bons chronos et terminé à la 9e place finale. Cette année encore, je m’attends encore à beaucoup d’abandons dans le peloton. »

Directrice Communication de Citroën Belux, Anouk van Vliet sait également que le Rallye d’Ypres est une épreuve longue et difficile. Un rallye où tout peut arriver : « L’an dernier, Kevin avait montré qu’il aurait pu revendiquer sans problème une place de choix sans sa crevaison en tout début de course. Nous espérons qu’il pourra poursuivre sur sa lancée après une belle prestation au Rallye de Wallonie. Le Top 5 est un bel objectif. Ypres est un rallye qu’il apprécie et si la réussite est de notre côté, nous savons que le résultat sera à la hauteur de nos espérances. »

race01

Top