Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez que nous utilisions des cookies.

 

En savoir plus sur les cookies

Fermer
Fermer
Fermer

Cherain et Lefebvre offrent le doublé à DS

Comme prévu, les DS ont largement participé à la grande fête de fin de saison des rallyes que constitue traditionnellement le Rallye du Condroz. Après avoir animé la course de bout en bout, elles ont même réalisé le doublé grâce à Cédric Cherain (WRC) et Stéphane Lefebvre (R5), la Citroën C4 WRC de David Bonjean complétant le podium. Cerise sur le gâteau, Guillaume Dilley, auteur d'une très belle course pour ses débuts en R5, s'adjuge le titre de vice-champion tandis que DS était déjà assuré du titre des marques.

Cédric Cherain avait choisi de s'aligner au Rallye du Condroz sur une DS 3 WRC parce qu'il voulait y décrocher une victoire plus retentissante encore que celle du Rallye de Wallonie en mai dernier. Il s'est montré digne de sa monture puisqu'il l'a hissée en tête de la course dès la deuxième spéciale et n'a cessé de creuser l'écart en tête, signant rien moins que 17 scratches sur les 22 spéciales au programme.

"C'est un rêve qui se réalise," s'exclamait le Liégeois. "Le Rallye du Condroz, c'est un des plus grands rallyes belges et c'est "mon" rallye. S'imposer ici, à quelques kilomètres de chez moi, devant mes supporters, c'est un bonheur indescriptible. Bien sûr, c'était mon objectif. Mais dans un Rallye du Condroz, rien n'est jamais acquis d'avance. Surtout dans les conditions très piégeuses de cette année. La DS 3 WRC a fonctionné à la perfection. L'adaptation a été plus facile que prévu. J'ai démarré prudemment et il a suffi de hausser un peu le rythme dans la 2ème spéciale pour signer un premier scratch et prendre la tête de la course. Le beau coup que j'ai réussi dans Marchin a marqué un premier tournant. La deuxième journée a été longue et stressante. Avec plus d'une minute d'avance, je pouvais en principe gérer mon avantage. Mais une WRC ne se conduit pas à 80%. J'ai donc continué à rouler vite pour ne pas me laisser surprendre par une réaction imprévue, mais sans prendre de risques. Je remercie toute l'équipe et tous mes partenaires pour m'avoir permis de réaliser cette performance."

Disputée dans des températures très agréables et sous un beau soleil d'automne le dimanche, la course aurait pu être plus palpitante si Stéphane Lefebvre et Kris Princen n'avaient été retardés chacun par une crevaison samedi. Stéphane Lefebvre n'en a pas moins honoré son statut d'espoir de DS et FFSA en se montrant clairement le meilleur des pilotes de R5, signant à 16 reprises le 2ème temps scratch. Il a ainsi remonté rapidement au classement pour s'installer définitivement à la 2ème place dès la fin de la première journée.

"Je me suis vraiment bien amusé dans ce Rallye du Condroz," commentait le Nordiste à l'arrivée. "Même sans ma crevaison, il était difficile de faire mieux que 2ème. Je suis heureux d'avoir quand même pu signer trois meilleurs temps dans les conditions difficiles de la 1ère journée. Ce dimanche, nous avons dû composer avec une petite fuite au niveau du joint de culasse. Mais la DS 3 a tenu le coup et j'ai pu continuer à donner le meilleur de moi-même. Je suis heureux d'offrir ainsi le doublé à DS dans cette épreuve se distinguant toujours par son extraordinaire succès populaire." 

Sur la DS 3 WRC de PH Sport, Yves Matton croyait offrir le triplé à DS. Un bris de commande de boîte dans l'antépénultième spéciale l'a malheureusement fait rétrograder de la 3ème à la 5ème place. Une Citroën a quand même complété de podium: la C4 WRC de David Bonjean.

"C'est frustrant de rater ainsi le podium, mais le principal est d'avoir pu goûter durant tout un rallye, et quel rallye, aux sensations offertes par cette fantastique DS 3 WRC. Je suis évidemment enchanté du résultat global des voitures développées par Citroën Racing," concluait le patron de Citroën Racing.

Il visait bien sûr également Guillaume Dilley, qui a livré une course irréprochable pour ses débuts en DS 3 R5.

"Septième, c'est un résultat inespéré pour une première expérience à ce niveau et face à un tel plateau!" s'exclamait le Brabançon à sa rentrée à Huy, semblant ne pas encore réaliser ce qui lui arrivait. "L'adaptation à la voiture a été exactement comme je le prévoyais. Il ne m'a pas fallu très longtemps pour me sentir à l'aise à son volant. Bien entendu, je ne prétends pas l'avoir exploitée à fond. Mais j'ai réussi à éviter toute erreur et je pense que c'était la clé du succès dans cette épreuve difficile. Je pense avoir signé des chronos respectables, justifiant ainsi mon titre de vice-champion. Je suis vraiment enchanté."

Même conclusion pour Jourdan Serderidis, qui a atteint son objectif, permettant à Citroën et DS de placer 6 voitures dans le Top 10: "J'avais dit que je serais content de terminer dans le Top 10 et je finis à la 9ème place. Face à un tel plateau, je pense que ce n'est pas mal. J'ai même réussi à signer un 5ème temps scratch. Je suis très heureux."

Yvan Muller l'est un peu moins après avoir perdu deux places à cause d'une crevaison dans la dernière spéciale: "La première journée s'était bien passée et je n'avais cessé de progresser au classement. Mais j'ai commis plus d'erreurs ce dimanche car j'avais commencé les reconnaissances par ces spéciales-ci et mes notes étaient plus approximatives que celles du samedi. J'ai néanmoins apprécié cette expérience et j'ai été impressionné par l'engouement populaire."

Si Vincent Verschueren a rapidement été contraint à l'abandon sur un problème de transmission, Kevin Demaerschalk et Anthony Dovifat ont rapporté d'autres lauriers à DS en imposant leurs DS 3 respectivement en RC3 (ainsi que dans le classement des deux roues motrices) et en RC5 (R1).

La Marque se réjouit d'avoir conclu en beauté une saison 2015 des rallyes belges qu'elle a largement animé et dominé en remportant le Championnat des Marques.

Top