Fermer
Fermer
Fermer
amérique

À LA CONQUÊTE DE L’AMÉRIQUE !

Fuyant l’hiver, le Championnat du Monde FIA des Rallyes traverse l’Atlantique pour poser ses valises au Mexique. Pour cette troisième manche, les nouvelles World Rally Cars s’affronteront pour la première fois sur terre. Dans le clan Citroën Total Abu Dhabi WRT, Kris Meeke / Paul Nagle et Stéphane Lefebvre / Gabin Moreau disposeront des Citroën C3 WRC


1500x646_top

RALLYE DU MEXIQUE : DE LA TERRE MAIS PAS D’AIR

Apparu au calendrier du Championnat du Monde en 2004, le Rallye du Mexique est désormais une des manches les plus prisées de la saison. D’abord curieux, le public de la région de León s’est vite passionné pour le WRC et les équipages sont désormais attendus en héros ! Cette année, l’excitation sera même encore plus grande avec l’arrivée des nouvelles World Rally Cars, qui s’affronteront pour la première fois sur terre.

 

La plus grande spécificité du parcours mexicain ne concerne toutefois pas la surface des routes. Comprise entre 1800 et 2700 mètres, c’est bien l’altitude qui complique la tâche des ingénieurs. La raréfaction de l’oxygène nuit autant à la puissance du moteur qu’au refroidissement des différents organes…

 

Dans le détail, l’édition 2017 est marquée par de nombreuses nouveautés. Ainsi, le shakedown est avancé au mercredi après-midi en prévision d’un événement exceptionnel. En effet, le rallye débutera le jeudi soir par une super spéciale tracée sur la place de Zócalo, en plein cœur de Mexico City ! La suite du parcours fera d’ailleurs la part belle aux super spéciales, puisque les WRC enflammeront également les rues de Guanajuato et de León. C’est pourtant bien dans les montagnes que la victoire se jouera. Les spéciales de El Chocolate, Las Minas, El Brinco ou Derramadero constitueront toujours les juges de paix du rallye !


LES ENJEUX : ALLER PLUS HAUT

Après deux manches hivernales aux conditions spécifiques, le WRC retrouve un terrain de jeu plus familier. Même si l’altitude dégrade sensiblement les performances des voitures, les spéciales sur terre permettront de préciser la hiérarchie existant entre les voitures et les équipages.

 

À nouveau, deux Citroën C3 WRC seront engagées. Comme au Monte-Carlo, Kris Meeke et Stéphane Lefebvre feront équipe. Au Tour de Corse, une troisième voiture sera alignée pour Craig Breen. Citroën Total Abu Dhabi WRT se déplacera ensuite en Argentine avec deux voitures pour Meeke et Breen et la saison se poursuivra avec trois C3 nominées sur chaque manche. Au Mexique, un des enjeux consistera donc à placer les deux voitures en bonne position à l’arrivée.

 

Pour préparer cette épreuve, l’équipe a effectué une séance d’essais en Espagne. Kris Meeke et Stéphane Lefebvre se sont concentrés sur les réglages de suspension et du différentiel central actif, complétant ainsi le travail de développement effectué en 2016.

 

ILS ONT DIT

YVES MATTON, DIRECTEUR DE CITROËN RACING : « L’équipe poursuit son travail avec détermination. Lors de la séance d’essais effectuée la semaine dernière, nous avons remis en cause certains principes de réglages et cela nous a permis d’identifier des axes des progression. Nous ambitionnons un bon niveau de performance au Mexique. Vu son ordre de départ pour la première étape, Kris essaiera de s’immiscer parmi les premiers avec l’objectif de lancer véritablement sa saison. Stéphane devra quant à lui jouer placé pour marquer des points au Championnat Constructeurs. Nous nous réjouissons de retrouver cette épreuve et son ambiance si particulière. La super spéciale de Mexico City sera un énorme vecteur de promotion pour le WRC. Faire venir le rallye au cœur d’une agglomération de vingt-quatre millions d’habitants est formidable, pour le championnat comme pour les constructeurs. »

LAURENT FREGOSI, DIRECTEUR TECHNIQUE : « Pour ce premier rallye sur terre, nous pensons et nous espérons être plus performants. Nos résultats de début de saison s’expliquent d’abord par notre manque de préparation pour les conditions effectivement rencontrées en course. La situation sera différente au Mexique, car c’est sur terre que nous avons effectué le plus de roulage avec la C3 WRC. Dans le même temps, nous avons tiré des enseignements de la Suède en corrigeant un certain nombre de défauts. À la fin de la séance d’essais, nos pilotes étaient satisfaits de la voiture. Il faudra confirmer cela en course… En raison de l’altitude, nous estimons que la puissance moteur sera similaire à celle des WRC de la génération précédente au niveau de la mer. Cette dégradation de la performance est de nature à limiter l’usure des pneumatiques, mais la raréfaction de l’oxygène complique le refroidissement, des freins notamment… Ce ne sera pas un week-end de tout repos ! »

KRIS MEEKE : « Le Mexique est un des rallyes que je connais le moins, mais c’est un parcours que j’apprécie. Je pense que nous sommes repartis dans une bonne direction lors de nos essais et j’ai hâte de vérifier cela en course. Malgré la perte de puissance, le pilotage des voitures devrait rester agréable puisque nous serons à peu près au niveau des WRC de l’an passé. Il faut tout de même éviter d’être trop agressif au volant pour ne pas perdre de temps. Je suis également heureux d’aller à Mexico pour cette super spéciale. Quand on voit l’ambiance du Grand Prix de F1, cela laisse présager une belle fête sur une place iconique. J’apporterai mon smoking pour faire honneur à 007 ! »

 

Nombre de participations à l’épreuve : 2

Meilleur résultat : 16e (2015)

 

STÉPHANE LEFEBVRE : « Si l’on excepte la boue du Pays de Galles, je n’ai plus disputé de rallye sur terre depuis la Pologne en juillet dernier ! Les essais m’ont permis de me remettre progressivement dans le bain. En passant d’une base à l’autre, j’ai pu définir des réglages qui me donnent confiance dans la voiture. C’est le plus important pour apprendre et progresser sereinement. Je suis heureux de revenir au Mexique, j’avais beaucoup apprécié ce pays lors de ma seule venue en 2015. Au-delà des sombreros et des cactus, la chaleur humaine, l’ambiance dans les rues de Guanajuato ou les paysages spectaculaires valent vraiment le voyage ! »

 

Nombre de participations à l’épreuve : 1 (2015)

CHIFFRES-CLÉS

20 spéciales totalisant 370,46 km chronométrés

super spéciales totalisant 14,76 km

383 km entre le parc d'assistance de León et la place Zócalo de Mexico City

2737 mètres pour l'altitude atteinte dans la spéciale d'El Chocolate

6 containers de matériel envoyés par bateau sur les épreuves outre-mer du WRC


FLASH-BACK :
 RALLYE DU MEXIQUE 2005

C’est une séquence déjà passée à la postérité du WRC : après avoir cassé un amortisseur dès l’ES2, Sébastien Loeb parcourait les spéciales suivantes sur trois roues. Sur le parcours de liaison vers León, Daniel Elena était même contraint de contrebalancer la voiture en s’asseyant sur la portière de son pilote ! Cette posture façon ‘singe’ n’était pas du goût de la police, également inquiète pour les dégradations sur la route. Après une vive discussion au bord de la route, c’est finalement sous escorte des motards que la Citroën Xsara WRC regagnait l’assistance !

 

LA QUESTION TOTAL : QUELS SONT LES DÉFIS POSÉS PAR LE RALLYE DU MEXIQUE ?

Étonnamment, l’altitude à laquelle se déroule le rallye n’a pas d’influence sur la lubrification du moteur et de la transmission. En revanche, la forte température qui règne actuellement sur la région de León va générer plus de contraintes pour le refroidissement de la voiture. Par rapport au Monte-Carlo ou à la Suède, l’air sera plus chaud de 30°C, mais également plus sec. Sur les voitures de nouvelle génération, avec une bride d’admission plus grande, le lubrifiant devra par conséquent évacuer plus de chaleur. Pourtant, les C3 WRC utiliseront les mêmes produits que lors des deux premières manches, car Citroën Racing avait joué la carte de la fiabilité en ce début de saison.

 

VISIT ABU DHABI : GRANDE MOSQUÉE SHEIKH ZAYED

Inaugurée en 2007 après douze ans de travaux, la Grande Mosquée Sheikh Zayed est un lieu emblématique d’Abu Dhabi, qui peut accueillir jusqu’à 40 000 fidèles. Fruit d’une collaboration entre les meilleurs ingénieurs et artisans, la mosquée se distingue par ses 80 dômes recouverts de marbre blanc, ses lustres en plaqué or et le plus grand tapis tissé à la main du monde. Les bassins extérieurs, éclairés pour refléter les phases de lune, sont également remarquables.

 1500x646_middle

PROGRAMME RALLY GUANAJUATO MÉXICO (GMT-6)

 

MERCREDI 8 MARS

  • 16h00 : shakedown (Llano Grande)
  • 22h00 : départ du rallye (León)

 

JEUDI 9 MARS

  • 18h05 :  ES1x – CDMX Street Stage Presented by Michelin 1 (1,57 km)
  •                 ES1y – CDMX Street Stage Presented by Michelin 2 (1,57 km)

 

VENDREDI 10 MARS

 

Top